Paroles101.com

Doc Gyneco Nos larmes parole


Parole Doc Gyneco Nos larmes
J'ai pas un coeur de pierre, une mécanique sous mon thorax
J'ai un coeur de chair, romantique, jamais furax
Un coeur fait de douleur, j'ai mal, enfant du malheur
C'est la fête des meres, frère, c'est la misère
J'irai voler des fleurs pour les offrir à ma mère
C'est pas mes abdos, des tablettes de chocolat
Soulève mon polo, tu verras tout ce que j'ai péta
Pourquoi mon coeur pleure des larmes de haine?
La haine, je l'ai aimé comme la femme que j'aime
Je m'souviens d'un noàl ou y'avait rien sous le sapin
Pourtant sur mon bulletin, y'avait que des 20 sur 20
Mon père aurait du me prevenir qu'on était en chien
J'étais trop jeune, il s'est barré... pauvre gamin
Mon passé, c'est mon avenir
Ce que je suis devenu, c'est ce qu'on m'a fait subir
Un mec malheureux, mais toujours avec le sourire.

Dans la rue, j'étais facile à reconnaitre
La tête penchée sur le còté, un bas de survet'
Sale, du foot en salle et des trous dans mes baskets
J'me remplis le bide à l'eau du robinet
Ca coupe la faim, on riait, on fumait le calumet
1ère cuite, 1ère garde à vue, 1ère fuite
Dans les poches, pas un billet, pas une seule pièce de monnaie
Dessères les menottes, putain, ça fait trop mal au poignet
Ca me donne envie de chialer, de m'saouler, de m'laisser aller
J'ai le coeur lourd, en bas de la tour
La haine se savoure comme une bonne bière
Avec humour, on fait des mamours à police-secours
Je reste marqué par mon enfance, par mon quartier
Mon stylo crie, que rien n'a changé
r des larmes d'encre sur le papier
La misère du monde, pourquoi ça te fait flipper?
Alors que la douleur du monde devrait te toucher...

Effriter mon savoir, sur un banc, dans un square
Boire à la memoire, à mes déboires
Eviter les histoires
OK, j'y vais, j'te raconte mon histoire
J'crache ma rancoeur, dis ce que j'ai sur le coeur
On dit que dehors, c'est la loi du plus fort
Mais tu vois, j'suis l'exemple, le plus faible s'en sort
Toujours à me marrer, le coeur fissuré
Ma chanson donne des frissons
Comme la chronique à chaque emission
Tonnerre, j'parle à une minorité qui ignore qu'elle est majoritaire
Les ventres sont vides, avec les mots, j'nourris les cerveaux
Narrateur, conteur au grand coeur
Sous ma chemise plus tard, j'aurai un peacemaker

Quand je verse une larme c'est mon coeur qui parle
J'épuise mon mélo, tous mes plus beaux mots
Ouvre-moi ton coeur, ouvre ton coeur.